Vous êtes ici : Accueil > Nos Selections > Katulu ? du samedi 26 mars 2011

Katulu ? du samedi 26 mars 2011

KATULU ?


Collectif de lecteurs ...
... Echange de lectures !

Samedi 26 mars 2011

          Plusieurs livres d'Annie Ernaux ont été présentés.
          Née en 1940 en Normandie, fille unique, Annie Ernaux grandit dans un milieu modeste, dans le café-épicerie que tenaient ses parents. Professeur agrégée de Lettres modernes, la déchirure sociale avec son milieu d'origine est au cœur de nombreux de ses récits.

• Les Armoires vides - Ed. Gallimard, 1974

          Denise est en train d'avorter dans sa chambre d'étudiante. Elle se remémore son enfance et son adolescence avec un regard lucide et sans tendresse sur le milieu dont elle est issue.
          Son avortement illégal sera plus tard décrit dans L'événement.

• La femme gelée - Ed. Gallimard, 1981 


          Un livre sur la condition des femmes.
          « Elle me promettait pour plus tard un beau livre Les Raisins de la colère et elle ne voulait ou ne savait pas me raconter ce qu'il y avait dedans, "quand tu seras grande". C'était magnifique d'avoir une belle histoire qui m'attendait, vers quinze ans, comme les règles, comme l'amour. Parmi toutes les raisons que j'avais de vouloir grandir il y avait celle d'avoir le droit de lire tous les livres. Bovaries de quartier, bonnes femmes aux yeux fermés sur des rêves à la con, toutes les femmes ont le cerveau romanesque, c'est prouvé, qu'est-ce qu'ils ont tous, cette hargne, même mon père, et lui, quand il me verra le soir assise sans rien faire, qu'est-ce que tu fous, à rêver à trois fois rien ? Les copies à corriger, le petit qu'il faut coucher, à peine le temps de lire cinq minutes avant de dormir. Comment rêver encore. »

• La Place - Ed. Gallimard, 1983 Prix Renaudot 1984


          Annie Ernaux écrit La Place après le décès de son père. Au fil de ses souvenirs, elle retrace la vie de cet homme, ouvrier devenu cafetier, qui avait conquis sa " place " dans la société. Dans une écriture épurée et pudique, elle dévoile la douloureuse distance que ses études et son mariage ont installée entre elle et son père. Ce texte au croisement de la littérature, de l'histoire et de la sociologie nous expose les différences sociales.

• Une femme - Ed. Gallimard, 1988


           Suite à la mort de sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer (voir Je ne suis pas sortie de ma nuit), Annie Ernaux éprouve le besoin de revenir sur les différents moments de sa vie. C'est une manière de faire son deuil et de ressaisir une dernière fois par le souvenir les images successives qu'elle a eues de cette femme, c'est aussi une façon de réapprivoiser le monde dont elle est issue.


• Passion simple - Ed. Gallimard, 1991


          L'histoire d'une obsession amoureuse et d'une attente : « A partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi. »

• La honte - Ed. Gallimard, 1997

          La vie de la narratrice se compose de deux époques : "avant" le mois de juin 1952 et ce dimanche maudit lorsque "mon père voulut tuer ma mère", et "après", avec cette vie bouleversée et ce temps passé dans l'angoisse de la prochaine dispute.

• Les années - Ed. Gallimard, 2008 


          Au travers de photos et de souvenirs laissés par les événements, les mots et les choses, Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. Ce livre contient le destin de toute une génération.

Nous avons aussi discuté d'auteurs différents :

• Une forme de vie / Amélie Nothomb - Ed. Albin Michel, 2010


          Amélie va un jour tomber sur une lettre inattendue... Un G.I coincé en Irak l'appelle au secours pour tenter de survivre dans cette drôle de guerre. S'ensuit une relation épistolaire étrange...
          Un très beau récit, étrange, remuant, d'une maîtrise de construction stupéfiante.

• Un monde sans fin / Ken Follett- Ed. Robert Laffont, 2008


          La suite très attendue des Piliers de la terre. En 1327, quatre enfants sont les témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d'Angleterre. Depuis ce jour, le destin des quatre enfants se trouve lié à jamais.

 

           La Médiathèque est maintenant abonnée à Muze. «Littérature, musique, arts plastiques, cinéma, photographie... La culture est un plaisir qui se construit et se transmet. »

Prochain rendez-vous le

Samedi 30 avril 2011 à 10h30

SHARE

SHARE