Vous êtes ici : Accueil > Nos Selections > Katulu ? du 28 mai

Katulu ? du 28 mai

  •   Les heures silencieuses de Gaëlle Josse - Ed. Autrement, 2010
L’histoire se passe au 17ème siècle à Delft. Magdalena, fille et épouse de commerçants maritimes, écrit son journal intime. C’est elle qui figure de dos sur le tableau d’Emmanuel De Witte (couverture du livre).Gaëlle Josse signe un premier roman réussi : une très belle écriture qui nous fait voyager dans le temps. 
  •  Olivier de Jérôme Garcin – Ed. Gallimard, 2011
A la veille de ses 6 ans, Olivier fut fauché par une voiture. Il était le frère jumeau de Jérôme Garcin. Olivier a grandi en lui en même temps que lui.Dans cette lettre intime qu’il adresse à son frère, Jérôme Garcin remonte le fil de ses souvenirs.Un beau texte émouvant, authentique, poétique et très agréable à lire.  
  •  La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano Ed. Seuil, 2009
Mattia et Alice ont tous les deux vécu un événement traumatisant dans leur enfance qui va les poursuivre dans leur vie d’adolescents puis d’adultes.« Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter. »   
  •  Démons et vermeils de Jean-Bernard Pouy – Ed. Baleine, 2000
Un club du 3ème âge part en virée culturelle et gastronomique en Camargue. Ulysse, un employé de la mairie, doit conduire le bus. Mais le voyage ne va pas tout à fait se dérouler comme prévu…Un récit plein d’humour !    Lire aussi L’homme à l’oreille croquée – Ed. Gallimard, 1998   
  • Lait noir de Elif Shafak – Ed. 10-18, 2010       
Roman ou essai autobiographique ? A la suite de la naissance de sa fille, Elif Shafak fait une grave dépression. Dans ce livre qu’elle écrit juste après, elle se pose la question « Comment concilier l’écriture et la maternité ? » Pour répondre à cette question, elle fait appel à ses voix intérieures représentées par des femmes miniatures : Miss Intelligence Pratique, Miss Ego Ambition, Miss Dame Derviche, Miss Cynique Intello, Maman Gâteau et Miss Satin Volupté ! Un récit très original !    
  • Ce que soulève la jupe de Christine Bard – Ed. Autrement, 2010 
« Alors que la jupe a longtemps été subie et vécue comme l'attribut d'une féminité imposée, elle est aujourd'hui reconquise par les femmes, mais aussi par les hommes. (…) Le Girl Power, Ni putes ni soumises, le Printemps de la jupe et du respect sont autant de manifestations d'une mutation à l'oeuvre : la jupe est-elle forcément le signe de la soumission à l'ordre masculin ? Pour résister à la stigmatisation et au sexisme, pourquoi certaines filles choisissent-elles la jupe, et d'autres le pantalon ? Que penser des pressions diverses pour contrôler, voire réglementer le vêtement à l'école, au travail ou dans l'espace public ? Et que dire de la jupe pour homme ? Provocation pure et simple, ou désir d'égalité entre les sexes ? » A voir absolument : La journée de la jupe avec Isabelle Adjani.                                                                                                                                                 
 Prochain Katulu :       Samedi 25 juin à 10h30. 
 

SHARE

SHARE